Aller au contenu

10 signes avant-coureurs d’un AVC

Un AVC (Accident Vasculaire Cérébral) survient lorsque le flux sanguin vers une partie du cerveau est interrompu, entraînant des dommages aux cellules cérébrales. Une intervention rapide dès la détection des signes avant-coureurs d’un AVC permet alors de réduire les dommages cérébraux et de sauver des vies. Si le test FAST que nous verrons en fin d’article est un mémo pour agir vite au moment de la survenue de l’AVC, une dizaine de signes avant-coureurs peuvent vous aiguiller lors de moments de vie avec vos proches. Nous finirons ce billet par un rappel des gestes de prévention à adopter pour éviter le mieux possible la survenue d’un AVC.

1. Faiblesse ou engourdissement

L’un des signes avant-coureurs les plus courants de l’AVC est une faiblesse soudaine ou un engourdissement dans le corps, généralement dans le visage, le bras ou la jambe. Cette sensation inhabituelle est souvent unilatérale ; la personne peut soudainement perdre la capacité de bouger une partie de son corps ou ressentir une sensation d’engourdissement.

2. Difficultés de langage

En signe avant-coureur d’un AVC, il est possible de commencer à bafouiller, d’avoir du mal à prononcer des mots clairement. Les sons se mélangent, le langage devient incohérent. 

3. Problèmes de vision

Une personne qui est sur le point de subir un AVC peut soudainement éprouver une perte de vision partielle ou totale dans un ou les deux yeux. La vision peut devenir floue, double ou altérée. Ce signe précurseur d’un AVC peut être très déroutant pour la personne concernée.

4. Maux de tête intenses et inhabituels

Les personnes qui ont des antécédents d’AVC rapportent souvent avoir eu des maux de tête, les pires qu’elles aient jamais ressentis. Les maux de tête associés à un AVC peuvent survenir brusquement, être sévères et résister aux médicaments courants contre la douleur. Il est important de noter que tout mal de tête intense et inhabituel ne signifie pas nécessairement un AVC ; mais lorsqu’il est associé à d’autres symptômes, mieux vaut le prendre au sérieux.

5. Confusion

Une personne sur le point de subir un AVC peut sembler désorientée, désorganisée ou avoir du mal à répondre aux questions de manière cohérente. Elle peut être incapable de comprendre des informations simples ou de suivre des instructions de base.

6. Perte de coordination

Une personne sur le point de subir un AVC peut éprouver tout à coup des difficultés à marcher, à se tenir debout ou à effectuer des mouvements simples. Elle peut trébucher ou tituber.

7. Perte de conscience

Dans certains cas, il est possible de perdre connaissance avant d’avoir un AVC. La durée de la perte de consciente varie de quelques instants à plusieurs minutes ; dans ce second cas elle devient plus sévère. Il faut toujours prendre au sérieux une perte de conscience, quelle qu’elle soit, et consulter immédiatement.

8. Trouble de la déglutition

Un trouble soudain de la déglutition peut également survenir en amont d’un AVC. La personne peut avoir du mal à avaler de la nourriture ou de la boisson, ce qui peut alors entraîner des étouffements passagers ou des quintes de toux sévères.

9. Vertiges ou étourdissements

Les vertiges ou les étourdissements sont parfois associés à un AVC. Une personne peut se sentir déséquilibrée, avoir l’impression que la pièce tourne autour d’elle ou bien éprouver une sensation de tête légère. Ces symptômes s’accompagnent éventuellement de nausées ou de vomissements. Attention, un vertige ou un étourdissement ne signifie pas forcément l’imminence d’un AVC. Soyez à l’écoute des autres signes avant-coureurs.

10. Douleur faciale ou céphalique sévère

Bien que moins fréquente, une douleur faciale ou céphalique sévère peut annoncer un AVC. Cette douleur peut se ressentir dans le visage, le cou ou la tête, et elle est souvent fulgurante ou lancinante. 

Notons que les signes avant-coureurs de l’AVC peuvent varier d’une personne à l’autre. De plus, tous les signes ne sont pas forcément présents. Enfin, ces symptômes peuvent disparaître, mais cela ne signifie pas que le risque d’AVC n’est plus présent. En cas de doute, il est impératif de chercher immédiatement de l’aide médicale. Chaque minute compte lors d’un AVC, car une intervention rapide peut sauver des vies et réduire les dommages cérébraux.

Le test FAST pour reconnaître un AVC

FAST signifie en anglais Face, Arm, Speech et Time.  Il est mis en avant sur le site de la Haute Autorité de Santé.

  • En français, le visage : demander à la personne de sourire si les expressions du visage semblent inhabituelles. 
  • Le bras : demander à la personne de lever les deux bras s’ils vous semblent pendants.
  • La parole : si la personne se met à avoir un discours incohérent, demandez-lui de répéter une phrase simple. 
  • Le temps : il faut en urgence que la personne atteinte d’un des trois symptômes cités soit prise en charge.

Prévenir les signes avant-coureurs de l’AVC

Avant d’en arriver aux signes précurseurs de l’AVC, il est encore mieux de les prévenir. Vous pouvez toujours réduire les facteurs de risque d’un AVC avec ces conseils : 

  • Adoptez un mode de vie sain, que ce soit au niveau de l’alimentation qui doit être équilibrée, et l’activité physique qui doit être régulière.
  • Arrêtez de fumer et limitez les consommations d’alcool pour réduire les facteurs de risque d’avoir un AVC. 
  • Surveillez votre diabète, votre taux de cholestérol et votre pression artérielle. 
  • Réduisez votre stress qui peut conduire à de l’hypertension et aux maladies cardiaques.